Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un petit blog, pour une petite créatrice

Texte de l'académie - La Cérémonie de l’an nouveaux

Ceci est le second des 4 textes que j'ai écrit en suivant les défis de "L'académie de Lu" lorsque ce dernier se trouver encore sur le serveur du "Tropeur". Le défi de ce texte était de la catégorie "Vos Défis" et avait été proposé par "Copeland". La contrainte était d'intégrer trois partie de phrase en début, milieu et fin de texte à savoir :

Début : Son corps était tout ce dont il avait besoin. Le rituel ne pouvait s'en passer, je le savais pertinemment. Je l'observai, les yeux mi-clos, les muscles tendues à l'extrême. Je ne pouvais m'empêcher de penser [...]

Milieu : [...] m'était insupportable. Je relevai la tête juste à temps. J'esquivai la forme sombre qui me fonçait dessus, m'écrasant sans aucune douceur sur le sol. Les odeurs ambiantes me montaient à la tête, embrouillant mes sens. Je n'entendais pas [...]

Fin : [...] était tout ce que je pouvais faire. Je poussai un profond soupir. Une main pressée contre mon épaule, j'observai les alentours. Ils avaient bien changé.

Les contraintes supplémentaires était de faire un texte joyeux avec cela (contrainte que j'ai légèrement détournée) et de faire intervenir les éléments suivants : l'eau, la terre, le feu, l'air, l'électricité, la glace, le bois et le métal.

Bonne lecture !

La Cérémonie de l’an nouveaux

 

Son corps était tout ce dont il avait besoin. Le rituel ne pouvait s’en passer, je le savais pertinemment. Je l’observai, les yeux mi-clos, les muscles tendus à l’extrême. Je ne pouvais m’empêcher de penser à ce qui allait lui arriver. Ses yeux venaient m’appeler à l’aide mais je ne bougeais pas, je ne le pouvais pas… Les prêtres de ce rituel sortirent leur instrument de torture de sa boîte mauve tandis que le maitre de cérémonies vint dégainer son arme venant l’approcher du visage de ma chère amie… Venant fermer les yeux devant ce massacre, je ne les rouvris que pour voir son visage se couvrant de taches bleu et rouge.

Avec toute la discrétion du monde, je sortis de la pièce partant aller chercher de l’eau pour pouvoir aider ma chère amie à effacer ces traces d’infamie. Dans la salle d’à côté une odeur de léger brulée se sentait. Le maitre des lieux pestait contre les victuailles qui devait être servi pour la suite de cette terrible fête… Passant derrière lui je vins chercher un bol de métal pour y mettre la substance recherchée.

Tentant de revenir vers la première pièce, un adepte de ce culte vint me demander ou trouver des glaçons. Dans un frisson de peur, inquiétais des sombres desseins de ce groupe, je vins leur indiquer ou en trouver avant de reprendre ma route.

Ouvrant la porte, je vins poser le bol au plus près de moi, de nouveau dans ce lieu qui m’était insupportable. Je relevai la tête juste à temps. J’esquivai la forme sombre qui me fonçait dessus, m’écrasant sans aucune douceur sur le sol. Les odeurs ambiantes me montaient à la tête, embrouillant mes sens. Je n’entendais pas ce qui se passait autour de moi. Je me relevais du dur bois que composait le sol. Les adeptes vinrent me relever peu de temps après venant me faire assoir sur la chaise ou se trouvait mon amie peu de temps auparavant.

Une fois rassuré sur mon état de santé, le chef de toute cette sordide cérémonie récupéra son objet de culte venant l’approcher de mon visage. L’odeur de cette barre pourpre empestait l’air qui m’entourait m’agressant les narines. Les autres membres de ce culte s’approchaient de moi avec leurs propres outils venant agresser mon visage… Regardant autour de moi je croisai le regard compatissant de leur précédente victime adossée au mur de pierre de la salle.

Quelques minutes plus tard leur sordide massacre se fini. La voix du maitre des lieux se fit entendre dans la pièce d’à côté pour pouvoir manger les victuailles. L’ensemble des membres de la cérémonie coururent vers la sortie ne nous laissant plus qu’entre victimes. Dans un soupire, je vins me lever venant partir vers la porte de la pièce. Une fois arriver dans la seconde salle, la lumière des ampoules électriques du plafond se coupèrent et un chant commença à retentir dans la pièce. Le maitre des lieux arriva éclairer par de minuscules feux vacillants. Posant son plateau devant le grand maitre de cette cérémonie, il vint avec les autres membres finirent leur chant laissant le grand maitre éteindre les flammes d’un puissant souffle.

Des applaudissements retentit à ce moment l’éclairage revenant dans la salle. Une pluie de papiers se fit lancée, des voix braillèrent des propos incompréhensibles. Totalement happée dans ce chaotique spectacle, je ne remarquai pas ma compagne de souffrance qui me donna un coup de poing dans mon épaule pour me réveiller. Venant m’inviter à rejoindre la table, elle partit vers les autres membres de cette cérémonie me laissant seul dans un coin. Les rejoindre était tout ce que je pouvais faire. Je poussai un profond soupir. Une main pressée contre mon épaule, j’observai les alentours. Ils avaient bien changé…

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article