Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un petit blog, pour une petite créatrice

Le complot de Temas - Chapitre 3

Célestine – L’innomé·e

L’atelier était dans un état à en fendre le cœur… Il restait quelque simple gardes autour des ruines de l’atelier certainement pour empêcher les personnes de venir sur la scène du crime qui baignais dans la lumière de l’aube. Les ruines du mur de l’atelier jonchaient la ruelle et la porte principale avait été soufflée les deux pans tenant à peine sur un de leur gond. D’autre gravats provenant de trou plus mineur du reste de l’atelier étaient éparpillés autour de l’atelier.

  • Comment on va faire pour rentrer ? Les gardes sont tout autour de l’atelier ! murmura Ophélie à côté de moi.

Je réfléchis longuement à la situation. Les gardes ne semblais pas vraiment être difficile à passer, iels n’avaient pas l’air de prêter grandement intentions à leur alentours. Professionnel… En regardant un peu mieux, je vis qu’il y avait un trou donnant accès au second étage. Pas si facile à accéder que cela mais pas impossible. Je me tourna donc vers Ophélie.

  • Tu vois le trou là-bas ?

Phélie hocha la tête me faisant faire un petit sourire.

  • Donc tu as mon idée ?

Elle soupira :

  • J’ai pas d’autre idée de toute façon…
  • Alors c’est partie !

Nous nous rapprochons de l’atelier faisant de notre mieux pour ne pas nous faire voir des gardes. De façon synchroniser, nous nous sommes faufilées dans la ruelle du mur presque intact. Ophélie monta sur mes épaules pour s’infiltrer dans le trou de ce mur. Une fois montée, elle viendra m’envoyer quelque minutes plus tard une des cordes de notre réserve pour m’aider à la rejoindre. Une fois en haut, nous pûmes voir une peu mieux l’intérieur de notre atelier. Des larmes montés à mes yeux devant ce sordide spectacle, Alphonse n’était plus qu’un souvenir et la majorité de l’atelier n’était plus que gravât ou matériaux cabossé… Le fond de l’atelier était lui presque intact n’ayant pas ou peu touché par le souffle de l’explosion, il y aura surement des indices là-bas.

Avec Phélie nous sommes descendue par l’escalier un peu tordue du second étage pour arriver vers l’épicentre de l’explosion, notre pauvre Alphonse…

  • Je vais voir pour fouiller ce qui n’a pas été détruit… me dit Ophélie en se dirigeant vers la zone presque intacte.
  • Je vais devoir fouiller les ruines je suppose… soupirais je en parlant de l’autre côté.

Je partis regarder ce qu’il restais au niveau de l’explosion, à savoir pas grand-chose. A ce niveau on ne pouvait trouver que de la poussière de tout ce qui avait été souffler et quelque bout de métal fondue qui avait réussis tant bien que mal à survivre malgré la puissance de l’explosion. Après un petit soupire de désespoir je me releva pour partir regarder un peu plus loin quand j’entendis dernière moi.

  • Bien le bonjour mes beautés.

Ne reconnaissant pas la voix d’Ophélie, je me retourna découvrant assise sur la rambarde du deuxième étage une créature au trait fin et androgyne à la peau d’une blancheur cadavérique, au yeux dorées et au très long cheveux d’un noir de jais. Elle ne portais qu’une longue tenue blanche lui arrivant jusqu’au cheville et ne permettant pas d’entre-apercevoir sa silhouette et un sourire joueur sur son visage.

  • Qui êtes-vous ? questionnais je d’une voix méfiante ne parlant pas trop fort pour ne pas alerter les gardes à l’extérieur.
  • Céleste il y a quelqu’un ? vins demander Phélie qui me rejoignis entendant la discussion.

Elle vins peu de temps après suivre mon regard venant s’approcher rapidement de moi en remarquant la créature. Cette dernière agrandit légèrement son sourire.

  • Pas la peine de s’inquiéter,

Je suis là pour vous aider.

Laissez-moi me présentez,

Appelez-moi l’Innomé·e

Suite à ces paroles la créature sauta venant gracieusement atterrir devant nous, Phélie venant se mettre légèrement devant moi comme pour me protégé.

  • Que faites-vous là ?! lança sèchement Phélie à la créature.
  • Pas la peine d’être méfiante,

Je suis loin d’être si méchant·e.

Et n’ayez crainte ma Phélie,

Je ne veux rien à votre amie.

L’innomé·e marchait tranquillement autour de nous dans un cercle parfait tandis que nous la suivions du regard.

  • Comment connaissez-vous son nom ? demandais sèchement venant décaler légèrement Phélie ne voulant de sa protection.
  • Je sais tout de vous ma tendre Céleste.

Votre vie, vos amours et tous le reste.

Aucun secret ne peux me résister,

Voulez vous que je vienne à le prouver ?

Elle continuait à tourner autour de nous telle un Scrine autour de son future repas, son sourire joueur ne quittant pas son visage. Je sentis Phélie frissonner derrière moi me poussant donc à répondre.

  • Que voulez-vous de nous ?
  • Je ne suis que le guide de votre destin,

Un panneau qui vous indique le bon chemin.

Je ne veux rien de vous mais vous voulez de moi,

Vous pouvez le nier, cela reste le cas.

  • Et qu’est-ce que l’on voudrais de vous ?
  • Une tragédie c’est déroulé en ces lieux,

En connaître la cause serai merveilleux.

Je compte bien vous l’offrir en toute amitié,

Ou rien que pour admirer votre destinées.

  • Allez accouché ! dis-je agacée.

La créature viendra s’approcher de moi faisant crisper Ophélie.

  • Si vous voulez connaître mes réponses,

Allez donc voir mon bon ami Léonce.

Vous le trouverez à l’académie.

Sur ce à bientôt mes tendres amies !

Après ce dernier quatrain la créature disparut dans un clignement d’œil comme si elle n’avait jamais été présente. Regardant autour de moi pour voir où elle était partie, je ne pu voir que les ruines de l’atelier.

  • Cé… Céleste ? Qu’est ce qu’il vient de se passer ?
  • J’en ai aucune idée Phélie… lui répondis je en soupirant. Tu as trouvé quelque chose ?
  • Absolument rien.
  • Bon et bien je pense qu’on est fasse à quelqu’un de plutôt discret…
  • Comment on va retrouver lea coupable de tout cela alors ?

Je réfléchis quelque instant venant dire.

  • Hum je vais allez fouillez la piste de cette créature… Pendant ce temps renseigne toi sur ce Zoran à sa forge…
  • Ce n’est pas risquer de faire confiance à cette créature ? C’est peut être un piège ! dit Phélie d’une voix tremblante.

Je me tourna vers elle avec un grand sourire rassurant.

  • Et je suis une grande fille je vais pouvoir me débrouiller !

Phélie semblait dubitative à mon affirmation mais ne répondit rien.

  • Allez partons d’ici on a une enquête à poursuivre.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article